top of page

Symbolique du nombre UN


UN

Du latin « unus »

Représente Le Tout

Le nombre un incarne le Créateur, le principe divin, l’origine de toutes choses. Etant indivisible, il s’articule principalement sur la notion d’unification. Vénéré dans toutes les traditions, il est considéré comme le père des autres nombres. De lui naissent le deux, le trois, etc.

Tout est dans l’Un. De son action découle toute existence.

En fait, l’unité est plus un principe qu’un nombre. Elle ne quantifie pas et elle n’est pas réductrice, puisque tout part d’elle. Elle est, au contraire, ouverte et productive. Elle trouve ainsi toute sa puissance de signification dans sa valeur quantitative d’union et d’origine. Elle unit, contient, regroupe. Elle unit, contient, regroupe. Elle ramène le pluriel au singulier ; ainsi une famille, un groupe, une ville, un pays sont constitués de plusieurs membres qui sont (ré)unis par l’amour, les idéaux, la terre, les croyances et les valeurs qu’ils partagent. Si l’harmonie et l’entente est rompue, l’unité laisse la place à la division et à la multiplicité. Un pays uni qui entre en guerre civile peut perdre son unité et se morceler en plusieurs nations. Il en va ainsi de toutes choses. L’unité est donc le symbole absolu de la totalité de l’union des parties dans le tout.

« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ; par ces choses se font les miracles d’une seule chose. Et comme toutes les choses proviennent d’Un, par la médiation d’Un, ainsi toutes les choses sont nées de cette chose unique par adaptation. » (La Table d’émeraude)

Dans les traditions monothéistes, l’unit » de Dieu est affirmée sans aucune équivoque. Sa force est démontrée par le « chema », verset biblique qui affirme que Dieu est Un. « Ecoute [chema] Israël, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est Un. » (Deutéronome, 6, 4) Tout juif adulte doit le réciter deux fois par jour, c’est dire l’importance de l’unicité de Dieu.

Dans les religions polythéistes, les textes se réfèrent aussi à l’unité souveraine, expression du non-manifesté. Ils décrivent l’absence primordiale de division, l’unification des énergies et la totalité, vers lesquelles les hommes doivent faire retour. Les multiples divinités sont la manifestation des formes différentes de la vie et de la nature, mais elles participent d’un principe unique. Elles sont d’ailleurs souvent régies par un dieu suprême, rappel de l’unité fondamentale.

Symbole de l’être debout, seul être jouissant de cette faculté, le nombre un fait référence aux idées de verticalité et d’érection. Il est également symbolisé par le cercle ou par l’Ouroboros, le serpent qui se mord la queue (pas de début, pas de fin). De même, on le retrouve dans représentations de la pierre dressée, du phallus érigé, du bâton ou de la baguette.

Jung a mis en évidence l’existence de symboles unificateurs. Il les définit comme tendant à réduire la pluralité au bénéficie de l’unité. Ce sont notamment la roue, la quadrature du cercle, les mandalas, le sceau de Salomon, le zodiaque, etc.

Le symbole unificateur, par sa très grande capacité évocatrice, permet de créer des liens, en réunifiant des éléments séparés ou éloignés, le conscient et l’inconscient, le réel et l’imaginaire, la réalité et le désir, le concret et l’abstrait. Dans cette perspective, le symbole unificateur devient symbole totalisateur.

En numérologie, le nombre un représente l’unité qui peut être isolement ou émancipation, solitude ou liberté, ainsi que le commencement et, par extension, le début, le projet, la naissance, la création.


Comments


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page